Le réveil
La préparation 
Les conditions 
A l'extérieur 
A l'intérieur 
Le réveil 
Pour éviter 

 

 

 

 

 

 

AccueilMorphologieAcquisitionAménagementHibernationAlimentationReproductionSoins & maladiesEspecesMediathequeLivre d'orAdresses utiles

 

Si la phase de léthargie s'est déroulée en plein air, la tortue perçoit au printemps l'augmentation de la température. Au-delà de 10 °C son métabolisme commencera ainsi à se réactiver et l'animal sortira en plein air.

Dans la nature, l'écart de températures entre le refuge souterrain et la surface réchauffée par le soleil est brusque et c'est ce qui doit se passer lorsque l'on met fin à la période de léthargie. Il est donc inutile si ce n'est nuisible de procéder à un réchauffement progressif : lorsque la période de léthargie est terminée, on retire la tortue de son conteneur et on la réchauffe au soleil ou à proximité d'une source de chaleur.

Pendant son hivernation, la tortue a vécu en utilisant ses réserves corporelles mais du fait du ralentissement extrême de son métabolisme, la perte de poids doit être assez limitée et ne pas dépasser 10 %. Il s'avérera par conséquent utile d'avoir enregistré le poids du reptile avant la léthargie pour le comparer à celui du réveil de manière à vérifier qu'il n'y a pas eu de problèmes à cet égard.

Il faut ensuite examiner l'animal tout comme on l'avait fait avant la léthargie. Au moment du réveil, la tortue ressent le besoin de boire pour se réhydrater et expulser les toxines accumulées par le système rénal. Il faudra donc les placer dans un conteneur d'eau tiède, en veillant à ce que le niveau d'eau dépasse à peine celui du plastron pour éviter les risques de noyade. En deux heures environ, la tortue devrait boire et uriner et on pourra ensuite la retirer de l'eau.

La plupart des animaux recommencent à manger une semaine après leur réveil ; au début, ils semblent préférer des aliments juteux (fruits, tomates) mais au bout de quelques jours, il faudra leur donner une nourriture plus équilibrée.

Si la tortue ne reprend pas son alimentation, consultez un vétérinaire compétent : en effet, ce que l'on appelle l'anorexie post-hivernation risque de devenir grave si l'on ne prend pas rapidement des mesures pour y faire face.