Les conditions
La préparation 
Les conditions 
A l'extérieur 
A l'intérieur 
Le réveil 
Pour éviter 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

       

AccueilMorphologieAcquisitionAménagementHibernationAlimentationReproductionSoins & maladiesEspecesMediathequeLivre d'orAdresses utiles

 

La température de l'environnement à laquelle le reptile est exposé pendant sa léthargie revêt une importance fondamentale pour le succès de l'hivernation et elle doit être d'environ 5 °C. En effet, à cette température, la tortue s'endort profondément, la consommation de ses réserves corporelles est minimale et le reptile ne risque pas de geler. Les températures inférieures à 2 °C sont potentiellement dangereuses et en dessous de 0 °C on peut enregistrer des lésions oculaires ou cérébrales avec des dommages irréversibles, même en cas d'exposition brève, car les tissus gèlent. On rencontre généralement ce type de problème chez des animaux qui ont hiverné en plein air, sans protection adéquate.

Dans la nature, la durée de l'hivernation dépend du climat et de la latitude. Pour des animaux élevés en captivité, il faut également tenir compte de la taille, de l'âge, des réserves de graisse et de l'état de santé général. Si l'animal n'est pas en bon état de santé, il peut sans aucun problème ne pas entrer en léthargie pendant un an et, en cas de besoin, il est possible de raccourcir artificiellement cette période d'hivernation. Pour les animaux très jeunes (ou dans un état de santé précaire) une période d'hivernation courte est certainement plus sûre. La durée globale de la léthargie ne doit pas dépasser vingt semaines.

En revanche, au-dessus de 11 °C, les animaux ont tendance à devenir actifs. L'une des erreurs les plus fréquemment commises avec des tortues en hivernation est de les laisser à une température intermédiaire entre la température optimale (18-25 °C) et la température de léthargie (5 °C) : dans ces conditions, le métabolisme est maintenu, même s'il fonctionne à un rythme plus lent, et l'animal, ne se nourrissant pas, consomme très rapidement ses réserves énergétiques. Il utilise d'abord ses réserves de graisse, puis une fois celles-ci utilisées, il s'attaque à la masse musculaire et aux organes internes, finissant par mourir ou bien par se réveiller dans un état d'épuisement grave. Pour contrôler la température on peut utiliser des thermomètres de serre classiques, de préférence avec l'indication de la température maximum et minimum.

Au cours de la phase d'hivernation à l'intérieur, les tortues doivent être fréquemment contrôlées : cela n'est pas nuisible pour l'animal et permet de déceler à temps d'éventuels problèmes (dans ce cas, il faut interrompre la léthargie et faire en sorte que l'animal sorte de son état d'hivernation au chaud). Certains conseillent d'interrompre la léthargie si l'on remarque que l'animal a uriné, car l'urine conservée dans la vessie constitue une réserve d'eau qui, si elle disparaît, peut exposer l'animal au risque de déshydratation.

Certains pensent qu'il faut réveiller les tortues toutes les deux ou quatre semaines selon la taille (plus fréquemment pour les plus petites), de les réchauffer et de les laisser dans de l'eau tiède à 24 °C de manière à leur permettre de boire. Vous éviterez ainsi les problèmes liés à la déshydratation. Pendant le bain, il faut examiner l'animal. Si la tortue semble en bonne santé, séchez-la et remettez-la à hiverner ; en revanche, si vous remarquez des signes de maladies ou des problèmes, interrompez l'hivernation et gardez le reptile au chaud dans un terrarium bien aménagé.

À chaque mois d'hivernation, une tortue perd en général 1 % de son poids corporel. Donc, si au début de la léthargie une tortue pèse 1 500 grammes, au bout de quatre mois elle devrait avoir perdu 60 grammes (15 x 4) et ne peser à la fin de la léthargie que 1 440 grammes.